Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 janvier 2010 3 13 /01 /janvier /2010 06:23

Aprés nos articles sur les vestiges allemands de la Seconde Guerre mondiale des sites de Salins de Giraud et de la Crau, voici ceux qui se situent à Port Saint Louis du Rhône.
Il semble que tous ces ouvrages en béton armé, compris dans le triangle Saintes Maries de la Mer, ARLES et FOS/MER, ont été construits par l'entreprise de TP du lieutenant Julien CHAVOUTIER, l'ultime patron de la Résistance Arlésienne, personnage sur lequel CAMARGUE-INSOLITE prépare un dossier. L'essentiel de la main d'oeuvre affectée aux travaux de béton armé, semble avoir été surtout composée d'Indochinois.
Si la Marine française a de tous temps ignoré la position stratégique de Port Saint Louis du Rhône, nous allons voir que celà n'a pas été le cas pour la Kriegsmarine qui  a vite fait de la ville une des principales plaques tournantes de la méditerranée... Ne serait-ce qu'en ce qui concerne ses sous-marins, lesquels construits en Allemagne, étaient véhiculés par le fleuve, via Port Saint Louis. La profondeur du Rhône ne permettait pas la descente d’un sous-marin, d’un tirant d'eau en général trop élevé, par ses propres moyens. Après des essais à Châlons-sur-Saône, les submersibles étaient embarqués sur le chaland-dock Le Porteur, lui-même remorqué jusqu’à Port-Saint-Louis du Rhône, où ils étaient remis à flot pour rejoindre la station d'essai de Schneider installée à Saint-Mandrier (près de Toulon). Le sous-marin "le Maure" ex Polemis ex Kingswear sera coulé dans le chenal de Port saint Louis en même temps que "le Kabyle" lequel ne sera renfloué qu'après la guerre.
De même, en juillet 1941, le vice amiral Eberhard Weichold se mit d’accord avec Supermarina pour l’emploi de vedettes rapides en Méditerranée.
La 3e flottille (commandée par le Lieutenant de vaisseau Kemnade) fut désignée pour rejoindre Augusta, port situé au sud de Catane en Sicile. Six « schnellboote » entreprirent de rejoindre la Méditerranée par les voies intérieures.
Les vedettes furent camouflées en remorqueurs de rivière pour ne pas attirer l’attention (peinture noire, ossature en bois pour dissimuler l’abri de navigation et montage d’une haute cheminée ornée d’un insigne d’armement d’une compagnie maritime imaginaire, tôles pour camoufler les tubes lance torpille, les fumigènes et démontage des mitrailleuses).
Le groupe de remorqueurs appareilla en novembre 41 et emprunta le canal de Kiel et gagna l’embouchure du Lek. Les remorqueurs avec leur équipage en civil remontèrent le Rhin jusqu’à Strasbourg. Puis ils empruntèrent le canal du Rhône au Rhin. A Chalon-sur –saône les remorqueurs furent arrêtés par le faible niveau d’eau du canal à peine profond d’un mètre à cet endroit.
Les marins réussirent cependant à passer sans qu’il se produisit des avaries de gouvernail et d’hélices. Il y eut ensuite quelques problèmes à Lyon pour passer sous un pont de peu de hauteur et ensuite rapidement les remorqueurs débouchèrent en Méditerranée par Port Saint-Louis.

Port Saint louis du Rhône présentait en effet, des atouts essentiels, comme par exemple :
- Une voie ferrée venant d'Arles, reliant la cité à la ligne PLM et permettant donc un approvisionnement rapide tant en matériels divers qu'en munitions. La gare ancienne existe encore, on peut y voir deux wagons d'époque, l'un pour les marchandises, l'autre pour les voyageurs.
PSL rizerie 002

PSL rizerie 005
- Un port tout équipé, qui sera entre autres destiné à la surveillance du golfe de Fos/mer, mais aussi à de nombreux autres usages (transport de sous-marins du fleuve vers la mer, base de ravitaillement...etc).

- Un isolement géographique favorisant la nécessaire discrétion liées aux activités militaires... En 39-45, la ville était entourée de marais.

La Résistance locale sous les ordres de la Résistance arlésienne, surveillera de trés prés le site et ses environs. Le maquis arlésien étant persuadé d'un possible débarquement Allié, sur les côtes sablonneuses du Golfe et de la Camargue, avait échaffaudé toute une stratégie entre Port Saint Louis du Rhône, Mas-Thibert et Fos-sur-Mer... Les dirigeants du maquis vont prendre de gros risques... Julien CHAVOUTIER écrira: "A deux reprises, le colonel BERRURIER et monsieur DORE, habillés en ouvriers, m'ont accompagné, ils ont visité et photographié la zone côtière interdite et le PC souterrain de ... (Port Saint Louis, NDLR)" .

La garnison allemande logeait dans l'ancienne Gendarmerie, au centre-ville.

Le monument aux morts de la cité, rapelle les noms de tous ceux dont le malheureux destin s'est arrêté à cette époque :
- Paul ACHARD. Victime civile.
- Eugène BARATHEL. Victime civile.
- Henri BRUN
- Emmanuel CANAVURI.
- Yves CHAPUIS.
- Marie DESANI, née PERONY, victime civile. 
- Théophile DUFOUR.
- Constant FANOURIS.
- Ido GALLI.
- Léon INFANTI.
- Jean - François JOYER.
- Léon JULLEPINTE.
- Ettore LAMBERTI.
- Ferdinand LANDAS.
- Paul LAUGIER.
- Henri LEROY.
- Pierre LONNAN.
- Gabriel MAURIN.
- Pierre MICHELUCCI.
- Eugène NOVIS.
- François PARLATO.
- Charles PAUL.
- Henri PETTINAROLI.
- Claudius PEYRE.
- Joseph SCELLI.
- Jean SERRIS.
- Lucien VIAUD.
- Jean BLANC, mort en déportation né le
 
Voici donc ci-dessous le trés riche dossier que nous avons pu rassembler, concernant le vécu de la ville de Port Saint Louis sous l'occupation allemande.
 
PORT SAINT LOUIS DU RHÔNE : Le siège d'un Etat-Major allemand

Au vu des découvertes faites sur ce site, on peut en effet se poser la question... Il y a quelques années je me suis rendu plusieurs fois à l'ancienne rizerie , surmontée d'une curieuse tour d'observation...
D'après le gardien ce bâtiment industriel construit à la fin des années 30, a été occupé pendant la guerre par un état major allemand de la Kriegsmarine, celui du Marineartillerieabteilung 611
.
2946878937 2bd55919cb

004
Que sait-on de l'équipement des batteries de la Kriegsmarine ?
Pour la marine allemande, il fallait installer l'artillerie à même le rivage , pour tirer en visée directe sur des objectifs en mer , très mobiles . Pour l'armée de terre , au contaire , il fallait installer l'artillerie le plus possible en retrait de la côte , pour tirer de façon indirecte . On pensait que trop près de la côte , les installations étaient trop vulnérables aux bombardements de l'artillerie navale de l'ennemi .
Port Saint Louis du Rhône occupe depuis sa création une position militaire stratégique. Si l'Armée française s'y est jamais beaucoup intéressée, l'Armée allemande a de suite compris les bénéfices qu'elle pourrait tirer du lieu... Elle  installa d'abord à l'ancienne rizerie, un poste de commandement pour l'Etat - Major du Marine-Artillerie-Abteilung 611  en charge de la Défense côtière. Ce groupement était destiné à "protéger" l'Ouest de Martseille,  le Golfe de Fos/mer et même jusqu'au Petit-Rhône. Il fut mis en place à partir de novembre 1942, conjointement sur les lieux suivants :
- A NIOLON : 4 canons de 120mm et 4 canons de 90mm.
- A CORBIERE : 3 canons de 75mm.
- Au PHARO : 4 canons de 65mm.
- Au CHATEAU D'IF : 4 canons de 65mm.
- A RATONNEAU : 6 canons de 165mm.
- A PORT DE BOUC.
-
A PORT SAINT LOUIS : 4 canons de 138mm.
- A FOS/MER : 4 canons de 138mm.
- En CAMARGUE probablement aussi (cette hypothèse est de notre initiative) ...
- Aux BAUMETTES : 4 canons de 130mm.
 

Les batteries de la Marine étaient généralement mieux équipées que celles de l'armée de terre . Elles étaient implantées au plus près possible de la côte, parfois à l'emplacement de forts ou d'anciennes batteries françaises .
La marine allemande distinguait :

  • les batteries légères (jusqu'au diamètre de canon de 10,5cm inclus)
  • les batteries moyennes (entre 10,5cm et 20cm), c'est ce qui était le cas à Port Saint Louis. 
  • les bateries lourdes (supérieur à 20cm)

En théorie , chaque grand port , devait comporter : deux batteries lourdes , au moins deux batteries moyennes et un certain nombre de batteries légères.

Les constructions peuvent êtres issues des séries M , S , Fl , V et aussi des séries de l'armée de terre ! Par exemple : casemates type M 270/M 272/671...soutes à munitions type M 145/134/VF 7...abris type M 151/501/502/622/VF 2a...poste de direction de tir type M162/M262/M157/M120...et aussi diverses constructions "SK" . Ce sont les batteries les plus lourdes , qui bénéficiaient , vu leur calibre , des constructions les plus importantes .
Certaines batteries étaient équipées d'artillerie "d'éclairage" ; il s'agissait généralement d'une pièce de 15cm tirant des obus éclairants pour faciliter le tir de nuit de la part de l'artillerie principale .

Voici quelques vues de l'ancien Etat - Major:

  A l'un des étages de , se trouvait peint sur un mur, une carte d'état major représentant toute l'Europe....


Pour la Carte  celle ci indique en traits noirs gras les frontières du"GrossdeutscheReich" à l'époque de sa plus grande extension après Septembre 43 et l'annexion du "Sud Tyrol" (Haut-Adige pour les italiens) voir ci-dessous:


Je remarque toutefois que la Pologne qui constituait "Le Gouvernement Général de Varsovie" (Warschaü) figure à l'intérieur des frontières du Reich alors qu'elle n'était pourtant pas considérée comme étant digne d'être en l'état une terre germanique (...) car peuplée de "trop" de Slaves et de juifs" (sic) pour les théoriciens pangermanistes nazis...
A noter que les Frontières de 1939 figurent en pointillés. Conclusion cette carte a été réalisée au plus tôt en Septembre 43 et avant le départ des occupants en Aout 44.


La France et l'Italie figurent avec leurs littoraux méditerranéens mais vu qu'à l'Ouest figurent les pays occupés (France,Italie,Belgique,Pays-Bas..) avec leur frontières rectifiées (Alsace-Lorraine) en Traits gras et qu'à l'Est les pays alliés/satellites ( Slovaquie,Hongrie, Croatie) ne sont pas indiqués ,tout au moins aussi clairement, celà  conduit à l'hypothèse suivante:
Ne s'agit il pas de la Carte des zones de la compétence de l'O.K.W (OberKommando der Wehrmacht) à savoir l'Europe Occidentale, Reich inclu avec le "Gouvernement Général de Varsovie" déja mentionné et le "Protectorat de Bohème-Moravie (Tchèquie),que j'avais omis , alors que l'Europe Orientale(Ostfront) était de la compétence de l'O.K.H OberKommando des Heeres ?
Je propose cette hypothèse à de plus qualifiés que moi sur l'Organisation Allemande qui a souvent des complexités ...baroques...

Il y avait aussi dans ce bâtiment pas mal d'inscriptions peintes en allemand indiquant les direction vers les différents étages du bâtiment  :

Affiche ci-dessous à traduire par SUIVRE ou respecter cette direction

Affiche ci-dessous : SALLE D'ENSEIGNEMENT :


Outre ce probable PC d'Etat-Major, les vestiges militaires allemands de la seconde guerre mondiale sont en effet trés nombreux sur la ville de Port Saint Louis du Rhône. En entrée de ville   aux HLM "Le Vauban" , à l'angle de la rue des martyrs de la résistance au lieu dit "TOBOGAN"  :


Et sous ce curieux monument, est signalé par le forum SUDWALL comme étant "un bunker R630 avec son blindage pour s.MG.34 , on voit la plaque de blindage 7P7 donc comme le Südwall a été construit très tardivement et que la première couche à l'ouest ne comporte que le Mle R630 cela ne peut qu'être qu'une R630 ( les équipements de type 105 "westwall" n'ont pa cours sur la mediterrannée)" : 
En fait un de nos lecteurs nous précise qu'il ne s'agit que d'un ancien réservoir d'eau construit en 1964 à la même époque que les HLM du quartier VAUBAN...

Côté littoral sud
 , ils sont situés essentiellement entre l'écluse et la plage Napoléon :

La Flotte allemande de la Méditerranée semble avoir été mieux organisée à partir de septembre 1943, avec un quartier général basé à la Valette prés de Toulon. Elle était dirigée par le Kapitän sur mer Karl von Montigny de septembre 1943 au 3 mai 1944, puis par le Konteradmiral Heinrich Ruhfus du 4 mai 1944 jusqu'au 28 août 1944.

Les Unités allemandes de la partie Est des côtes françaises se décomposaient ainsi : 

- Hafenschutzflottille französische Riviera

- Hafenkommandant Marseille - Hafenkommandant La Ciotat

- Hafenkommandant Toulon

- Hafenkapitän St. Tropez

- Hafenkapitän Cannes

- Hafenkommandant Nizza (Nice) 

- Marineartillerieabteilung 611 (unité qui occupait entre autres Port Saint Louis)ce régiment était issu  du Marineartillerieabteilung 685, venant du Mur de l'Atlantique.  

- Marineartillerieabteilung 627

- Marineartillerieabteilung 682

- Leichte Marineartillerieabteilung 687

- Marineflakabteilung 819

- Marinenebelabteilung

- Marinekraftfahrabteilung

- Marineartilleriearsenal Toulon



 

En allant vers la plage, c'est d'abord La batterie du Mazet dite aussi  "Batterie Napoléon":

Pour ce qui est de l'équipement de Port Saint Louis du Rhône :
Le bunker qui se trouve dans le camping "les Tamaris", est une des dernières casemates de type H669 de la batterie du Mazet. Il obéissait en principe au plan ci-dessous:

- La Batterie du Mazet était servie par le 8./H.K.A.R. 1290 (8ème batterie du 1290eme Groupement d'Artillerie Côtière de l'Armée de Terre). 
- Elle était armée de 4 canons russes de 122 mm soit pour les Allemands des 12,2 cm K390. MAA 611et de 4 canons de 138mm --
La Batterie du Mazet était commandée pour le tir par la Tour que nous décrivons plus bas (Leistand en Tour) , vestige unique sur le " Mur de la Méditerranée".


La Tour :
A la sortie du village, côté route de la plage Napoléon, se trouve la Tour de direction de tir (PDT, ou Leitstand), construite par l'armée allemande pour contrôler la batterie du Mazet .
Elle est à la même hauteur que la tour de la rizerie, située à quelques centaines de métres à vol d'oiseau...



A Port Saint Louis, on trouve aussi des blocs pyramidaux antichars:


Tout autour de la Tour, des casemates - abris :
Situées sur l'avenue Anatole France ou Route de la plage Napoléon. On nous en signale une autre sous la terrasse du bâtiment B1 de la résidence RIO-CAMARGUE, ensemble immobilier situé contre la Tour de Tir.


En remontant de la plage Napoléon:
En remontant de la plage au sud, juste avant les cabanons de Carteau, on se trouve arrêté par un autre bunker de type  Vf 67, ainsi qu'un
Vf 58.
Et une casemate pour PAK qui je pense est une construction SK
Ci-dessous le Vf 67 qui a dû être retourné suite à des travaux sur la route (d'ailleurs si on ne fait pas attention, de la route on voit juste un bloc de béton sans intérêt)...



A l'Est de la ville sur la plage dite d'OLGA :

Les vestiges sont aussi repérés sur la carte ci-dessous  : A l'est il y avait  en 1944, la batterie du canal St Louis (defense de l'entrée du Rhone et du golfe de Fos): 4 canons de 10,5 cm type K331 , en bunker type H669.

Un lecteur nous signale que les blocs pyramidaux ci-dessous étaient immergés et servaient à retenir les mines flottantes....



Des centaines de photos : Fond photographique sur le patrimoine architectural de Port Saint Louis du Rhône.

Origine des photos: Forum SUDWALL






Partager cet article

Repost0

commentaires

Michelucci 24/04/2015 07:42

Bonjour
Pour info histoire de Mr Michelucci Pierre mon grand père mort pour la France voir site les oubliés du Meknès
Cordialement